II. Via Adresca (Variante de Gillonay): De Gillonay au Puy-en-Velay

Pour aller sur la variante de Gillonay, le mieux est de partir de la Côte-St André ou du Grand Lemps, deux bourgs présents à distance moyenne sur la Via Gebennensis. Si vous venez de Genève par la Via Gebennensis, arrêtez-vous au Grand Lemps, ou alors allez jusqu’à La-Côte-St André, ou on trouve à se loger facilement, car sur la variante, les possibilités de se loger sont maigres, et vous devrez faire alors un effort encore plus soutenu, si vous venez du Lac Paladru, par exemple, avant de trouver de quoi dormir. Vous reviendrez le lendemain pour reprendre la variante au-dessus de Gillonay, près du Château de Montgoutier.

La via Adresca comprend deux branches. Le chemin principal descend vers Arles, où peut rejoindre la Via Tolosana, qui comme son nom l’indique, passe à Toulouse, et rejoint les autres chemins après les Pyrénées. Mais, sur cette voie, on peut partir aussi vers Le-Puy-en-Velay depuis St Péray.

Sur cette voie, en quittant l’Isère, vous passerez dans les départements de la Drôme, puis de l’Ardèche, avant de trouver la Haute-Loire près du Puy-en-Velay. Sur ce périple, il y a de petites merveilles, en dehors des paysages. Avez-vous déjà entendu parler de St Antoine-l ’Abbaye, là où est né le mouvement cistercien des Antonins ? L’église, ainsi que celle de Marnans, appartenant au même ordre, sont juste de purs chefs d’œuvre. Et puis, il y a des villages de pierre époustouflants, comme Valencon ou St Front. Il faut bien le dire, et on ne comprend pas pourquoi toutes ces petites merveilles ne font pas partie des circuits touristiques traditionnels. Allez, St Antoine pourrait presque faire pâlir de jalousie Conques, où tout le monde s’entasse.

Alors, si vous avez le temps, faites peut-être aussi le crochet par ici, lorsque vous serez à la Côte-St-André. Au niveau des étapes, cette voie n’est pas plus longue que l’autre. Les francophones, et même les germaniques (certains libellés sont traduits en allemand), peuvent aussi acquérir dans la collection « Chemins de Compostelle en Rhône-Alpes », le petit livret vert intitulé « Chemin de Saint-Jacques de Genève au Puy-en-Velay, par St-Antoine-L’Abbaye et St-Agrève». Cette collection, on l’a dit en introduction générale, est la plus complète sur les logements, souvent rares, le long du chemin.